Les député-e-s interpellé-e-s par le Jeûne pour le Climat

Ce mercredi 1er avril, les jeûneur-e-s français-e-s et groupes de jeûneur-e-s sont invités à interpeller leur-e-s député-e-s ! Vous trouverez et pourrez télécharger ici le modèle de lettre intitulée “Pas de farce au climat, on demande un débat” :

 Lettre-du-Jeûne-aux-député-e-s-Pas-de-farce-au-climat-on-demande-un-débat.docx

En effet, du 30 novembre au 11 décembre 2015, la France accueillera au Bourget la 21ème Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur le climat (la COP21), aussi appelée “Paris Climat 2015”, dont, en tant qu’hôte, elle assurera la présidence.

Cette rencontre est une étape clé pour que les nations atteignent ensemble l’objectif de limiter l’augmentation moyenne globale de la température à 2°C, seuil au-delà duquel les conséquences néfastes des changements climatiques, qui affectent déjà des millions de personnes, seront exacerbées dans des proportions dangereuses pour nos sociétés.

Aujourd’hui, huit mois avant la COP21, de nombreux citoyen-ne-s et organisations de la société civile interpellent leur-e-s député-e-s partout en France. Nous leur écrivons avec deux demandes précises :

  1. Nous demandons qu’un débat parlementaire soit organisé sur le changement climatique et la COP21. Il nous apparaît en effet nécessaire, au vu de l’importance cruciale de cet enjeu et du caractère historique de cette conférence, que le débat ne se limite pas aux auditions du gouvernement dans les commissions ad hoc, mais mobilise, sensibilise, engage l’ensemble des députés. Ce débat serait précédé par une consultation de la société civile.
  2. Nous demandons à rencontrer notre député-e personnellement au niveau local, pour entendre son point de vue et connaître son action sur ces enjeux. La COP21 est certes une étape décisive, mais l’action d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre de notre pays et d’adaptation des territoires au changement climatique s’inscrivent dans le long cours, nous engage tous bien au-delà de la COP21 dans l’ensemble des pays du globe, et aussi localement, dans nos lieux de vie.

En tant que Jeûne pour le Climat, nous souhaitons attirer plus particulièrement leur attention sur le sort des personnes vulnérables aux changements climatiques. Nous demandons une transition vers un futur sûr qui soit juste, c’est-à-dire qui prenne en compte notre responsabilité historique et ne se fasse pas aux dépens des plus petits et des plus pauvres.

Nous demandons :

  1. Au niveau national, que la France mène une transition énergétique exemplaire, en cohérence avec son rôle de président de la COP21, en ayant le souci d’accompagner les populations les plus pauvres.
  2. Au niveau international, nous demandons que la France soutienne des objectifs ambitieux, notamment en termes de finance, d’adaptation et de pertes et dommages.

Le 1er de chaque mois, dans plus de 90 pays du monde, des personnes de tous horizons (croyants ou non-croyants) jeûnent de nourriture ou vivent un jeûne carbone en solidarité avec les personnes vulnérables aux changements climatiques et afin d’exprimer leur volonté que les négociations internationales sur le climat aboutissent à une solution juste et à la hauteur des enjeux. Cette action entamée lors de la COP19 (Varsovie) suite au typhon Haiyan qui a dévasté les Philippines, mobilise toujours plus de personnes et de mouvements et se poursuivra jusqu’au 1er décembre 2015 à Paris.